Prix reine Mathilde

Prix reine Mathilde

Ce dimanche fut une excellente nouvelle journée pour moi : le jury du salon de Cheux m’a décerné à l’unanimité le Prix Reine Mathilde qui récompense le meilleur roman. C’est mon ouvrage « Confesse – le destin d’un prêtre libertin » qui m’a permis de décrocher ce prix.     Catherine Carteau, présidente du jury, lit ici une jolie critique, très flatteuse, qui m’a touché. Je ne boude pas mon plaisir d’en citer un passage, tant il est rare pour un écrivain d’être complimenté de la sorte : « Confesse est un drame historique, non dénué d’humour et de légèreté. […] Ce roman flamboyant qui a pour cadre le début du XVIIIe siècle, une époque somptueuse mais corrompue, à l’image de Philippe d’Orléans alors Régent du Royaume, est à la fois un roman de mœurs  et d’aventures, l’occasion pour l’auteur de faire vivre à son héros atypique des aventures bien périlleuses que le lecteur va vivre avec passion et émotion. D’une qualité littéraire indéniable, écrit dans la jolie langue du Siècle des Lumières, à la manière d’un Choderlos de Laclos ou d’un marquis de Sade, cet ouvrage de 470 pages, très bien documenté, aux descriptions somptueuses, se lit aisément, tant les rebondissements sont nombreux. Intrigues, machinations, complots de toute sorte se succèdent à un rythme effréné, sans compter l’intensité dramatique qui ne faiblit jamais, jusqu’au dénouement. C’est une vraie réussite et un prix plus que mérité. Encore félicitations, Grégory, vous avez bien du talent ! » Je crois que je vais avoir du mal à redescendre de mon petit nuage…

Et c’est ainsi que toute la journée,  58 nouveaux lecteurs sont venus se faire dédicacer mon « Confesse »…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *